Incognito

Titre Citizen K

JKO

Comme Jackie O., cultivez l’anonymat (ou plutôt ce qu’il en reste) avec une paire de lunettes de soleil et un trench-coat. Mieux, coordonnez les deux grâce aux nouvelles collections optiques et solaires griffées Burberry. Disponibles dans quelques jours, ces lunettes imaginées en Grande-Bretagne (of course!) et faites main en Italie (en hommage au Paparazzo de Fellini, peut-être) s’inspirent de l’iconique imperméable maison pour mieux nous rappeler qu’après la pluie vient le beau temps. Souriez et relevez la tête : le printemps n’est plus très loin !

R.M.

Les lunettes Burberry pour homme et pour femme seront disponibles chez certains revendeurs Burberry et sur www.burberry.com dès le mois de mars 2014.

Capture d’écran 2014-02-23 à 13.26.33

Share on Facebook

Post to Twitter

Pure Wool

Titre Citizen KCapture d’écran 2014-02-07 à 18.27.37Maggie’s Brain, 1995

C’est à l’un de ses enfants que la “ville venteuse” rend hommage en présentant à partir de ce dimanche une rétrospective très complète comprenant toiles, sérigraphies, photos et œuvres sur papier d’un des artistes contemporains les plus influents : Christopher Wool. Influencées par le pop art, les œuvres de Wool s’inscrivent au croisement de l’expressionisme abstrait, du graphisme et de l’art conceptuel. Si ses messages sibyllins composés au pochoir comptent parmi ses travaux plus connus — notamment le fameux “Float like a butterfly, sting like a bee” emprunté à Mohamed Ali qui fait partie de la collection du MoMA New York —, l’accrochage de l’Art Institute of Chicago met également en valeur l’éventail de techniques utilisées dans sa réflexion sur le signe et son effacement par celui qui vit aujourd’hui retiré à Marfa (Texas), là où Donald Judd a érigé son musée d’art minimal en plein désert. Une terre décidément farouche.

N.B.

Christopher Wool. Art Institute of Chicago. Regenstein Hall. 111 South Michigan Avenue. Chicago. Du 23 février au 11 mai 2014. www.artic.edu

Share on Facebook

Post to Twitter

Perfection plastique

Titre Citizen KJasonWu

Si Barbie fait la couverture de l’édition “Spécial Maillots de Bain 2014” de Sports Illustrated, cette cousine rousse de la quinqua la plus détestée des féministes n’a rien à lui envier puisqu’elle sera l’égérie de la fashion-week parisienne qui débute mardi. Habillée d’une robe de cocktail pailletée et d’une veste trench par le créateur américain Jason Wu, cette shopaholic que nous avons décidé d’appeler Julianne (nous lui trouvons un faux air de Julianne Moore) distille ses conseils mode en exclusivité chez Montaigne Market. Moyennant 150 euros, Julianne accepte également les consultations à domicile.

R.M.

Montaigne Market. 57, avenue Montaigne. Paris VIIIewww.montaignemarket.com

Jason_Wu_Doll_Montaigne_Market_1-800x637

Share on Facebook

Post to Twitter

Le temps retrouvé

Titre Citizen KVolnay 1

Odette ou Albertine ? Les deux héroïnes proustiennes eussent pu porter Yapana ou Brume d’Hiver (créés en 1922), Objet Céleste, Étoile d’Or ou Perlerette (1925), si elles n’eussent été autrement plus capiteuses en littérature. Aujourd’hui, les descendants de la fondatrice des parfums Volnay, Germaine Madeline Duval, ressuscitent ces effluves dont la base poudrée, rose, vanille et giroflée — intacte — enivre jusqu’à près d’un siècle plus tard, moyennant quelques adaptations apportées par la parfumeuse Amélie Bourgeois. Audacieuse, un peu sauvage et capricieuse, la cliente des parfums Volnay se donne telle une ronce — emblème de la marque — qui égratigne ses admirateurs. Et avec quel succès ! Swann, parlant d’Odette, disait : Dire que j’ai gâché des années de ma vie, que j’ai voulu mourir, que j’ai eu mon plus grand amour, pour une femme qui ne me plaisait pas, qui n’était pas mon genre !” Le parfum, comme une madeleine, pourrait bien être un sortilège…

R.M.

Plus d’infos sur www.parfums-volnay.com

Share on Facebook

Post to Twitter