Nothing but Diamonds

Titre Citizen K05-bijoux-reptiliens-valerie-messika

Mise au point en 2009 par la créatrice Valérie Messika, la collection Skinny s’articule autour d’un jonc flexible qui s’adapte instantanément au tour du cou, des poignets ou des doigts grâce à un agencement ingénieux de nanoressorts. Aussi délicates que résistantes, les fines rivières de diamants glissent sur la peau, se vrillent et se tordent à l’infini, permettant joliment à leur gracieuse propriétaire de s’endormir endiamantée. Seule ou accompagnée…

R.M.

Plus d’infos sur www.messika.com

Share on Facebook

Post to Twitter

Cartier d’hiver

Titre Citizen Kexposition-cartier-grand-palais-hotel-jeau-paume-2Note pour la broche Flamand que le duc de Windsor offrit à Wallis Simpson en 1940

Somptueusement mis en scène aux côtés de 300 documents d’époque, 600 bijoux signés du plus parisien des joailliers s’exposent jusqu’en février au Grand Palais. Issues des collections de la maison Cartier ou prêtées par leurs heureux propriétaires — parmi lesquels la principauté de Monaco ou la reine Elizabeth II —, ces pièces témoignent de l’évolution des goûts, des styles (Art déco, exotique, géométrique…), des usages et des savoir-faire de 1847 jusqu’aux années 1970. Une brillante invitation à repenser l’histoire du monde côté luxe.

R.M.

Cartier : le style et l’histoire. Grand Palais. 3, avenue du Général Eisenhower. Paris VIIIe. Jusqu’au 16 février 2014. www.grandpalais.fr

3373363_caimanCollier Crocodiles, commande spéciale, 1975

Share on Facebook

Post to Twitter

À l’heure de la Fiac

Comment la dimension temporelle vient-elle à se traduire dans l’espace, voici le thème que décline l’exposition Art & Craft & Design. Le temps vu par Alessando Mendini et ses artisans que la Fiac accueille jusqu’à dimanche soir au Grand Palais. Imaginée en collaboration avec la Fondazione Cologni dei Mestieri d’Arte et la manufacture genevoise de haute horlogerie Vacheron Constantin dans le cadre de sa politique de mécénat culturel, cette exposition comprend treize œuvres conçues par le designer milanais Alessando Mendini et réalisées par des orfèvres ou des studios italiens au rayonnement international. 13 pièces donc, et autant de matériaux (céramique, fonte, bronze, verre, plexiglas…) que l’ex-membre du Groupe de Memphis au côté d’Ettore Sottsass a poussé à leurs limites afin d’évoquer les 12 chiffres qui ponctuent le cadran d’une montre. Mais pourquoi 13 alors ?… “The time is out of joint; O cursed spite, That ever I was born to set it right!” s’exclamait Hamlet comme si sa tâche était de rétablir la Création en son entier sur ses bases et dans son temps propre. Soit la mission démiurgique que tout artiste s’assigne à lui-même, en fait. Partant, cette treizième heure imaginée par Mendini pourrait bien être celle de la liberté créatrice et de la chance d’une survie par les œuvres.

N.B.

Arts & Craft & Design. Le temps vu par Alessandro Mendini et ses artisans. Fiac. Grand Palais. Avenue Winston-Churchill. Paris VIIIe. Jusqu’au 27 octobre 2013

Two, A. Mendini & Comitato, 2013

Six, A. Mendini & Meta, 2013

Ten, A. Mendini & Henry Glass, 2013

Share on Facebook

Post to Twitter

Valeur d’avenir

La broche Diamant Briolette Walska et son extraordinaire diamant jaune

Le 13 novembre prochain à Genève, Sotheby’s mettra en vente l’un des plus beaux diamants jaunes au monde. Monté en broche en 1971 par Van Cleef & Arpels selon le désir d’un client américain, le diamant briolette Walska est un diamant certifié “Fancy Vivid Yellow” de 96,63 carats. La somptueuse pièce de joaillerie en forme d’oiseau de paradis à laquelle il a donné naissance a été vue récemment dans de nombreuses expositions internationales — dont Set in Style: The Jewelry of Van Cleef & Arpels au Cooper-Hewitt Museum de New York en 2011, ou L’Art de la haute joaillerie aux Arts décoratifs de Paris l’an passé — et est estimée à quelque 8 millions de dollars. Une valeur relative puisqu’elle ne prend pas en compte l’histoire de ce diamant d’exception qui fut autrefois la propriété de la chanteuse d’opéra et jet-setteuse Ganna Walska. Cette Américaine d’origine polonaise née en 1887, amoureuse de la vie (elle se maria six fois avec des hommes tous plus brillants les uns que les autres) et des pierres précieuses, vendit le diamant briolette qui porte son nom en 1971 chez Sotheby’s afin de terminer ses jours dans son incroyable jardin botanique de Lotusland sur la colline de Montecito à Santa Barbara. L’esprit de cette grande dame décédée en 1984 flottera sans doute dans l’air lors de la vente aux enchères, et pourrait bien faire s’envoler le prix de cette pièce unique à tous les égards.

I.R.

Pour davantage d’informations sur cette vente Sotheby’s, rendez-vous sur www.sothebys.com

Six maris, de nombreux diamants et autres pierres fines, la belle Gana Walska était une incorrigible collectionneuse

Share on Facebook

Post to Twitter